Définition et principales causes de l’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est une maladie résultant de la production anormale et élevée d’hormones par la glande thyroïde. Cette dernière est une glande se trouvant à la base du cou, plus précisément sous la pomme d’Adam et prend la forme d’un papillon. Dans de nombreux cas, les patients pensent qu’il s’agit d’une enflure de la thyroïde alors que c’est une maladie nommée hyperthyroïdie.

L’hyperthyroïdie est due à différentes causes, mais les principales causes à retenir sont les suivantes :

La thyroïdite

La thyroïdite est une maladie se présentant comme une inflammation touchant la thyroïde. Cette pathologie entraîne en effet l’hyperthyroïdie, car il provoque un excès d’hormones thyroïdiennes dans le sang. Les causes de cette inflammation sont jusqu’à présent inconnues, mais ces caractéristiques sont de nature infectieuse et apparaît généralement après la grossesse. Avec la thyroïdite, l’hyperthyroïdie est beaucoup plus fréquente sur le long terme alors que l’hypothyroïdie ne se présente qu’environ un sur dix des cas.

La maladie de Graves

La maladie de Graves est aussi connue sous le vocable de maladie de Basedow. Elle fait partie des causes de l’hyperthyroïdie. Cette maladie est classée parmi les maladies auto-immunes. Cela dit, cette maladie stimule intensément la thyroïde à produire les hormones. Dans certains cas, la maladie de Graves touche également les tissus des yeux.

Les nodules thyroïdiens

Les nodules thyroïdiens sont des petites masses se formant dans la glande thyroïde. Ces nodules peuvent survenir en groupe ou un par un. Il faut savoir que ce ne sont pas tous les nodules qui fabriquent des hormones, mais ce sont les nodules toxiques qui provoquent par la suite une hyperthyroïdie.
D’autres causes de l’hyperthyroïdie sont aussi remarquées par les spécialistes. Tel est par exemple le cas des médicaments riches en iode. Ces remèdes entraînent le plus souvent une hyperthyroïdie à court terme. Un de ces médicaments iodés est l’Amiodarone.

Les symptômes de l’hyperthyroïdie

Quand l’hyperthyroïdie est encore légère, elle passe inaperçue. Cela dit que les symptômes ne sont pas très remarqués.
Dans le cas où cette pathologie est sévère, les symptômes sont multiples et sont spécifiques suivant l’état de chaque individu. Mais les symptômes les plus fréquents sont les suivants :
L’individu a un rythme cardiaque dépassant souvent les cent battements par minute au repos. Ce rythme cardiaque rapide est accompagné des palpitations cardiaques.
Des transpirations excessives ainsi que des bouffées de chaleur sont aussi remarquées lorsque le patient est atteint de la maladie d’hyperthyroïdie.
Le reste des symptômes de l’hyperthyroïdie est regroupé par les comportements comme les tremblements aux fins des mains, les problèmes de sommeil, les sautes d’humeur, la nervosité, les faiblesses musculaires, les selles fréquentes, le souffle court, la perte de poids même si la ration journalière reste stable, la transformation du cycle menstruel, la formation de goitre au niveau du cou, la rougeur et l’enflure de la peau des jambes, les yeux irrités et secs sans oublier l’exophtalmie.
Chez les personnes âgées, il est assez délicat de découvrir la maladie de l’hyperthyroïdie. Celle-ci n’est aperçue qu’après une analyse sanguine. Cette analyse démontrera ensuite une diminution du taux de l’hormone TSH et une augmentation du taux d’hormones thyroïdiennes, c’est-à-dire le T3 et le T4.

Cliquez ici pour plus de détails sur les symptômes de l’hyperthyroïdie.

Les différents types d’hyperthyroïdie

Plusieurs sortes d’hyperthyroïdies sont à distinguer avant de procéder aux traitements médicamenteux. Seul le médecin pourra détecter quel type d’hyperthyroïdie s’agit-il. Voici les essentiels de ces différentes pathologies : l’hyperthyroïdie primaire, l’hyperthyroïdie secondaire, l’hyperthyroïdie tertiaire, l’hyperthyroïdie auto-immune.

L’hyperthyroïdie primaire

Cette pathologie n’est pas encore très grave, c’est une hyperthyroïdie classique. Cette maladie est déterminée par un excès d’hormone fabriqué par la glande thyroïde et la thyroïde capte trop d’iode. Le bilan thyroïdien réalisé démontrera une baisse de TSH et une augmentation des T3 et des T4.

L’hyperthyroïdie secondaire

L’hyperthyroïdie secondaire est due à l’hypophyse qui tend à produire excessivement les hormones thyroïdiennes. En d’autres termes, l’hypophyse envoie des informations hormonales inadéquates pour que la glande thyroïdienne fabrique sans arrêt des hormones, même si cette glande ne devait pas en fabriquer. Après un examen biologique, les résultats affichent une élévation de TSH et une augmentation excessive de taux de T3 et de T4. Le traitement proposé par le médecin sera surtout orienté vers le traitement de l’hypophyse et non de l’hyperthyroïdie.

L’hyperthyroïdie tertiaire

La maladie de l’hyperthyroïdie est provoquée par la sécrétion de TRH inadéquate. La production d’hormone par la glande thyroïdienne est aussi excessive. En effet, les taux d’hormones TSH, T3 et T4 sont très élevés. Pour le traitement, le médecin pourvoit un traitement de l’hypothalamo-hypophysaire et non un traitement de l’hyperthyroïdie.

L’hyperthyroïdie auto-immune

L’hyperthyroïdie auto-immune est une maladie connue sous le nom de maladie de Basedow. Une augmentation peut être ainsi constatée au niveau des anticorps anti-thyropéroxytase ou au niveau des anti-thyroglobulines ou à ces deux niveaux.
Encore d’autres sortes de maladie d’hyperthyroïdie ont été découvertes notamment, l’hyperthyroïdie iatrogène, l’hyperthyroïdie post-partum, l’hyperthyroïdie hépatique et la Thyroïdie De Quervain.